Observations: OBSERVATION 4

Compétion entre différentes espèces de bambous: qui gagne?

 

Le constat: Vous plantez vos bambous, en fonction des opportunités de votre jardin, de vos achats, de vos coups de coeur et il est impossible de tout verrouiller avec des barrières anti-rhizomes.

Même en sachant que le bambou est traçant et en prenant ses précautions on peut se retrouver un peu débordé.

Ainsi, ayant planté un Arundinaria auricoma dans un coin, et un Pleioblastus pumilus dans un autre, quelques années plus tard, les deux compères se rejoignirent. Lequel allait étouffer l'autre?

Car le pumilus est particulièrement traçant. L'auricoma, bien plus joli, avec des couleurs éclatantes, se traine un peu, et on ne le voit pas gagnant.

Le bilan n'est pas définitif. Rien n'est jamais joué. Point important: les deux compères sont exposés de la même manière. C'est un point important, sachant qu'un bambou privé de lumière part perdant dans le cas d'une cohabitation.

 

Résultat des courses:

La photo suivante montre que l'auricoma survit dans l'environnement pumilus. Il apporte une note plus claire, intéressante.

Nous en sommes à la deuxième année de cette cohabitation. Progressivement, le pumilus pourra l'emporter, peut-être. Mais il traîne un boulet qui peut provoquer sa disparition totale ! En effet, dans un autre coin du jardin, un autre pumilus a commencé à fleurir. Ce phénomène a déjà été rapporté.