Observations: OBSERVATION 7

Isoler un bosquet: il n'y a pas que la BAR !

La BAR (Barrière anti-rhizome) permet au poacée de ne pas s'échapper. Elle évite des problèmes de voisinage. Mais sommes-nous obligés d'enfermer tous nos bambous traçants? Cela semble difficile à faire systématiquement.

Une propriété commune à tous les végétaux peut également être utilisée dans certains cas: l'attraction naturelle du végétal à se diriger vers la lumière. C'est flagrant pour le chaume qui va s'engoufrer vers une trouée de lumière, quitte à faire une scoliose. On peut supposer qu'il en est de même pour les rhizomes, à condition qu'il ne soit pas limité dans sa progression naturelle par une barrière autre que la BAR (terre argileuse très dure, ...). Il faut que l'information passe de la partie aérienne (qui reçoit la lumière) à la partie souterraine. Cela semble possible, logique, mais encore faut-il le démontrer.

Ainsi, si ce postulat est valable, si le terrain voisin est au Nord ou à l'Est, et sans séparation physique avec votre terrain, vous pourriez quand même mettre une haie de bambou traçant en bordure du dit terrain du voisin. En effet, ce bambou progressera naturellement en s'éloignant de votre voisin, en direction du Sud, c'est à dire vers la lumière. Une deuxième raison pousse le bambou à aller vers le sud. En effet, le soleil réchauffe la terre exposée au sud, la partie au Nord étant à l'ombre sera plus froide, ce qui fait que le rhizome sera attiré, on le comprend, vers la chaleur.

Bien entendu, l'expérience de chacun peut confirmer ou infirmer ces paramètres de tropisme photophile et thermophile rhizomique. N'hésitez pas à nous rapporter votre expérience dans ce domaine, si vous pouvez trancher (contact(@)bambousdefrance.fr).

------------------------------

D'autres paramètres permettent de limiter l'ardeur du bambou à aller provoquer les voisins.

N'oubliez-pas que ce bambou ne progresse que par sa force vitale qui se trouve dans ses rhizomes. Cette force y est stockée sous forme de réserve. A titre de comparaison, c'est la batterie, et l'alimentation provient de la photosynthèse, et donc du nombre de feuilles qui sont les capteurs solaires. Ce qui amène à penser que l'ardeur envahissante du bambou sera réduite si on limite la capacité de la batterie. Pour ce faire, il faut "réduire la voilure" et diminuer le nombre de chaumes. D'ailleurs, si les chaumes sont distants de 10 cm, l'aspect n'en sera que plus esthétique. Le bosquet gardera une allure générale identique au bosquet où les chaumes se touchent ou s'entrecroisent.

 

___________________

Encore un petit conseil facile à appliquer.

Pour limiter l'extension d'un bambou, une simple petite tranchée d'une vingtaine de cm de profondeur suffira pour bloquer efficacement l'avancée des rhizomes. En effet, souvent ils progressent à la surface, et parfois même ils sortent à l'extérieur. Dès qu'un rhizome passe son nez dans la tranchée, un coup de bêche pourra calmer son ardeur. Bien entendu, ce système n'est pas efficace à 100% mais il vous donne quand même un contrôle sérieux sur l'envahissement.