Pollution délibérée en Baie de Somme, Grand Site de France

 

Juillet 2017: Courrier Picard

télécharger le document de la réunion en Mairie du Crotoy, 8 Août 2016

SOMMAIRE

Septembre 2015 .....

La Baie de Somme a un charme fou, et c’est ce qui lui a donné ce label honorifique de Grand Site de France.

C’est avant tout un condensé d’écologie sous toutes ses formes, du petit ver marin aux oiseaux variés et innombrables, aux phoques, moutons, chevaux. Tout est imbriqué, bien équilibré, même si on sent que cet équilibre est fragile.

Par exemple nous savons que la Baie s’ensable progressivement et peut-être irrémédiablement. Les bateaux de pécheurs, si nombreux jusqu’en 1960 ne peuvent plus atteindre le port du Crotoy, sauf quelques uns aux grandes marées. 

Mais l’ennemi numéro 1 de ce bel équilibre biologique fragile est la pollution.

Elle est inévitable dans la mesure où l’activité économique, bien que très modérée, génère des nuisances.

Il y a bien entendu les rejets des stations d’épuration qui ne sont pas toujours à la hauteur.

Il y a également toutes les déjections animales, qui à dose modérée sont recyclées par la puissance de la moulinette écologique. Même si on peut se poser des questions des rejets des moutons de l’estran qui paissent tranquillement dans les prés salés. On pourrait alors s’inquiéter des 30000 mouettes et goélands qui habitent cette Baie de Somme, qui polluent également. 

Mais intuitivement nous savons qu’un milieu complexe, comme la Baie de Somme, avec ses milliards d’organismes vivants de toute taille, s’auto-régule, se régénère, se purifie dans un cercle normalement vertueux ou tout se crée et tout se transforme harmonieusement...... Sauf si l’homme, dans sa capacité de nuisance générée par une politique à courte vue, n’arrive pas avec ses gros sabots pour tout bousculer et tout déséquilibrer.

 En effet, trop souvent l’activité humaine pollue. Heureusement, en Baie de Somme, il n’y a pas d’industrialisation et la seule activité est avant tout touristique. Donc tout va bien ? ........

Pas vraiment car l’analyse des eaux de baignade au Crotoy indique que la mer, quand elle est là, est une soupe biologique chargée au maximum de germes pathogènes.  Les politiques sont conscients du problème, surtout parce qu’une zone réputée polluée est défavorable à l’activité touristique. C’est ainsi que la Maire du Crotoy est consciente que la station d’épuration de la ville est sous dimensionnée et qu’il est prévu d'augmenter sa capacité.

Mais les pollutions peuvent venir d’ailleurs, comme nous l’avons déjà mentionné. C’est ainsi que les moutons sont soupçonnés  d’être de sérieux pollueurs, malgré leur air paisible. Ce serait les brebis galeuses de la Baie de Somme. C’est un argument de la Mairie du Crotoy. Mais quand on se promène dans la Baie, on réalise que l’on est en plein dans les fables de La Fontaine. Il faut trouver un coupable qui ne peut pas se défendre.

Car un acteur important des nuisances, peut être majeur, est facile à repérer. Pour ce faire, il suffit de passer devant cet acteur,  par devant ou par derrière, et votre muqueuse olfactive, détecteur précis et sensible, vous signale que le centre conchylicole pose problème.

L’odeur est infecte à 500 mètres à la ronde, selon les caprices du vent. Et, étant un fidèle du Crotoy depuis plus d’un demi siècle, on est sidéré de voir ces lotissements à proximité, qui, sous le vent dominant d’Ouest, sont baignés constamment par cette odeur épouvantable de moules pas fraîches. Sidéré d’autant plus que tous ces habitants semblent résignés, car personne ne bronche. Il est possible que leurs récepteurs olfactifs soient saturés ou inactivés par cette sollicitation indésirable constante. D’autres disent que ces habitants sentent bien, façon de parler, que protester peut remettre l’activité du centre conchylicole en question, et leurs proches qui y travaillent.


Plus fort, et facilement vérifiable, les eaux de lavage du centre conchylicole sont rejetées directement dans la Baie. A marée basse, face au centre, à deux cent mètres de la plage, vous pouvez constater un rejet relativement important d’une eau noirâtre qui vient se joindre aux eaux claires des petits cours d'eau laissés par la marée descendante. Vous retrouvez la même odeur putride de coquillages en décomposition. Même conséquence, et toute la partie de la plage en face de cette sortie d’eau putride, touristes et habitations dans le prolongement de la digue Jules Noiret, en direction de la plage de St Firmin, se trouve contaminée par cette odeur pestilentielle… apparemment dans l’indifférence générale.

Pourtant un arrêté municipal placé au niveau de la piste d’hélicoptère signale que cette zone de rejet est interdite à la baignade sur 5000 m2 autour de la sortie de la résurgence coupable.

Autant dire que cet arrêté municipal, qui reproduit celui de la municipalité précédente, règle définitivement le problème. Donc tout va bien, tout est réglé ? Sauf que cette source contaminant la Baie de Somme rejoint, de poche d’eau en poche d’eau, toute la zone où sont prélevées les coques, un peu plus au large. Et les coques sont très prisées pour la cuisine, et sont revendues en grande quantité en Espagne. Cela n’est peut être pas un problème car on ne signale pas d’épidémie persistante de gastroentérite ou autres pathologies dues aux germes pathogènes qui ne peuvent que pulluler dans le secteur. Enfin.... une enquête indépendante serait nécessaire.

Mais on ne me retira pas le sentiment qu’un Grand Site de France avec cette balafre nauséabonde et pathogène ne mérite pas son nom, ou plus exactement ne mérite pas les politiques et acteurs économiques qui laissent cette situation lamentable perdurer depuis 2010, cad dès la création du centre conchylicole.

 

Cette photo montre la résurgence d'eau noire (à droite), qui va se méler aux eaux relativement propres qui rentrent en Baie de Somme.

Pour être plus précis, photo au pied de la résurgence, en direction de

Est Ouest

Nord Sud

 

Vue générale prise de la digue. La source de pollution se trouve à proximité de la bouée jaune.

 

Juillet 2016: Aucune avancée significative concernant la pollution de la Baie de Somme !!!! cliquez ici.

 

Août 2016: La protestation des riverains monte en puissance.

 

Réunion du 8 Août organisée par la Mairie

 

Téléchargement du document commun LCPA/ collectif des riverains en pdf: cliquez ici

 

 

 

ICONOGRAPHIE

 

BIBLIOGRAPHIE et complément d'information.

 

HISTORIQUE

 

SOMMAIRE